Dialogue

Dialogue

Elle : Tu as vu ? J’ai balayé l’extérieur … Il devient urgent de me remplacer le balai !
Tiens à propos de ménage … Je l’ai fait partout à l’intérieur … Aspi, dépoussièrage … A propos de poussière, pour moi ta chambre est devenu une galère ! Il faudrait virer tout ce qui devient obsolète …

Lui : Ah bon ! Tu crois que je suis obsolète ?

Elle : Heu ! Il faut réfléchir quand même … Faut pas jeter ce qui peut encore servir !

Lui : Ben me v’là rassuré …

Elle : Tu as vu ? Malgré son âge le chien croque encore bien … T’as vu à quelle vitesse il a croqué le canard ? Incroyable non ?

Lui : Oui comme moi ! J’ai encore toutes mes dents moa … A propos il reste du canard ?

Elle : Non il y en a plus ! Pour ta dentition j’avais remarqué ! Tu as toujours la dent dure …

Lui : Oui justement j’aurais bien mangé du canard ! T’es sûre que tu deviens pas obsolète toi ? Tu fonctionnes bizarrement …

Elle : Ben oui c’est l’obsolescence programmée !

Burn out

4

Comme une puce je saute de blog en blog … Je lis, je découvre, j’admire !

Je me sens comme une fourmi dans un panier à salade mais … tout au fond !

Le passé me revient en masse, j’ai envie de tracer des mots mais ces mots restent coincés dans mon ciboulot …

Comment l’exprimer de la plus belle manière ?

Je me sens nulle, si nulle … J’ai rien dans le ciboulot !

Juste bonne à faire des omelettes …

Certains l’ont compris …

Le temps passe, je déçois !

Le temps passe, je suis déçue …

Jamais le temps ne comble un manque ! Pour la culture, il faut savoir semer à temps …

Alors que faire ? Juste observer le beau et avoir l’impression qu’un jour on mourra moins bête !

2

3

1

Le destin tragique de Piou Piou

Coq noir 20x20 (1)

Peinture Valerie Bertoni

Elle devait avoir entre 20 et 25 ans et venait de signer un contrat de contractuel dans une administration de la ville. Elle était heureuse … enfin son premier boulot !   Déjà, elle échafaudait une carrière qui la mènerait tranquillement à la retraite … Pour cela il lui faudrait passer un concours ! Courageuse, elle n’imaginait pas l’échec …

Mais la priorité était maintenant de se loger. Elle remontait la rue tranquillement, quand à une cinquante de mètres, elle arriva sur une place ! Ce n’était pas la place de l’Etoile mais environ trois ou quatre rues débouchaient sur celle-ci ! La circulation y était dense et intense … Tout cela lui donnait le tournis, peu habituée à cela ; elle débarquait tout droit de sa campagne bourbonnaise …

Soudain elle s’arrêta devant un immeuble à l’angle de deux rues, immeuble des années 30 sans doute… En levant les yeux, elle remarquait qu’il s’agissait d’un Hôtel … « Le Majestic » !   Il lui fallait trouver une chambre pour la nuit … alors pourquoi pas là ?
Elle pénétra dans le hall et très vite remarqua qu’en fait, cette immeuble était  reconverti en appartements, plus exactement abritait des bureaux, cabinets médicaux , agence immobilière etc …Les nombreuses plaques apposées sur le mur gauche en témoignaient !

Agence immobilière ! Voilà l’endroit où elle devait s’adresser … 3ème étage ! Avec appréhension, elle poussa la grille de ce vieil ascenseur et s’engouffra à l’intérieur ! Bouton 3 et la voilà devant la porte de l’Agence … Coup de sonnette ; une dame l’accueillit gentiment mais ne put répondre favorablement à sa demande . Elle allait repartir quand la dame l’interpella ! Attendez Mademoiselle, j’ai peut-être un appartement à vous proposer, il est petit et se situe au dernier étage de notre immeuble ! Voulez vous que nous montions ensemble le visiter ?  Bien sûr, elle acceptait …

C’était un petit appartement en effet ! Un petit couloir menait à une petite salle de séjour triangulaire , une cuisine minuscule … Un petit balcon, juste au dessous du panneau « Hôtel Majestic », offrait une vue superbe sur la ville,  une petite chambre, au fond du couloir une salle de bain équipée d’un sanitaire blanc au look des années 30 ! Elle fut immédiatement conquise d’autant que les murs de la salle de bain étaient peints en rouge vif ! Elle adorait le rouge … Peinture laquée dans laquelle son image se reflétait ! Pas besoin d’y installer un miroir se disait-elle ! Le prix demandé n’étant pas exorbitant, elle signa immédiatement le contrat de location !

Les fenêtres donnant sur les rues n’étaient pas équipées de volets ! Elle s’en rendit compte plus tard mais cela était plutôt sympathique … Les enseignes lumineuses des magasins clignotaient toute la nuit en vert, bleu, jaune, orange, rouge  etc ! Du coup elle n’éprouvait pas le besoin d’allumer et … pour elle c’était économique ! Tout cela donnait une certaine gaieté à ce petit appartement ! Heu ! A condition de ne pas être insomniaque, ce qui n’était pas son cas ….

Sa vie professionnelle se déroulait tranquillement … Elle disposait d’une pause de deux heures à midi ! Chaque jour, à midi, en sortant du bureau elle traversait la place et s’enfonçait dans une petite rue au bout de laquelle se trouvait le marché couvert, le plus important de la ville et très bien achalandé … Grignotant un sandwich, elle adorait flâner dans ce marché, pour la vue, pour les odeurs ! Un jour, elle fut attirée par des piou piou venant d’une cagette ! Des petits poussins tout jaunes,tout ronds,  tout doux … Pourquoi ne pas en adopter un ? se dit-elle ! Elle avait besoin d’une compagnie … Et puis aussi d’un aspirateur ! Joindre l’utile à l’agréable serait judicieux …  Il pourrait picorer les miettes ! Elle le baptisa « Piou piou » …

Le lendemain, heureuse, elle informa sa chef de service de son acquisition qui, à cette nouvelle, eût un sourire en coin !

Quelques mois passèrent … « Piou Piou » grandissait , ses pattes s’allongeaient, le jaune s’estompait, ses plumes poussaient … Elles étaient noires. Il devenait fier comme un coq ! Il avait maintenant une superbe crête rouge ! Tous les matins, à l’aube, il se mettait à chanter Cocorico Cocorico Cocorico !!! Aucun risque de réveiller les voisins puisque tous les appartements étaient occupés par des professionnels mais ….Il montrait de plus en plus d’agressivité !

Elle en parla à sa chef de service … Petite ! lui dit-elle, votre « Piou Piou » est malheureux chez vous … Savez-vous que je possède un jardin et même un poulailler eh oui ! j’ai des poules … Si vous vous voulez, je peux vous le prendre en pension … Il serait heureux avec mes poules !!! Elle accepta tristement mais convaincue que l’avenir de « Piou Piou » serait désormais paradisiaque entouré de cocottes …

Quelques mois passèrent …. Un jour, surprise de la part de sa chef de service ?

Elle l’invitait à diner … Chouette !

Elle allait revoir « Piou Piou » … Où est « piou piou » ? dit-elle en arrivant … Patience, patience ! lui répondit sa Chef ! Nous allons diner et ensuite ?

Ensuite … elle lui annonça qu’elle venait de déguster son Piou Piou … au vin !!!!! L’avez-vous trouver bon lui demanda-t-elle ? Heu ! Heu ! Un verre d’eau SVP ? Songeuse, elle se demandait si vraiment elle allait tenter un concours dans cette administration …